Accueil » LES ENIGMES CRIMINELLES

Gang des barbares: assassinat d’Ilan Halimi

22 octobre 2012 Pas de commentaire

Un crime qui a bouleversé la France. Un jeune homme de 24 ans appartenant à la communauté juive a été séquestré et torturé par un groupe de personnes se faisant appeler « le gang des barbares »

Les faits remontent au 21 janvier 2006. Ilan Halimi né en 1982 rencontre  une jeune fille qui n’hésitera pas à lui tendre un piège dans lequel il ne sortira pas vivant.

Le terrible calvaire d’Ilan

Ilan enlevé le 21 janvier 2006 a été séquestré et torturé pendant trois semaines dans une cave d’un immeuble HLM de Bagneux dans les Hauts-de-Seine.

Pendant sa captivité, le jeune Ilan subira les pires atrocités de la part de ses ravisseurs. Les résultats du médecin légiste démontrent la barbarie et le sadisme de ce gang.

Les constatations du médecin sont terrifiantes:

  • Nombreux hématomes.
  • Nombreuses contusions.
  • Une plaie causée par un cutter sur une joue.
  • Deux plaies causées par une arme blanche à la gorge.
  • Brûlures sur la majeure partie du corps.

Ses tortionnaires se sont acharnés sur lui. Le médecin légiste apportera dans son rapport une conclusion effroyable.  » Aucun des coups n’a été mortel! La mort d’Ilan a été causée par les nombreuses violences et tortures qu’il a enduré durant sa captivité. Le froid et la faim ont aussi contribué à diminuer les forces d’Ilan »

Le jeune homme sera retrouvé le 13 février 2006 agonisant près d’une voie ferrée ( RER C ). Transporté à l’hôpital Sainte-Geneviève-des-Bois dans le département de l’Essonne, il décèdera lors de son transfert.

Le gang des barbares: un sadisme terrifiant

Formant un groupe de 20 personnes, le gang des barbares n’était pas à son premier coup d’essai. Leur but: récupérer des rançons selon leurs dires.

Quelques tentatives d’approche avaient été réalisées sans succès par le gang. Leur technique: utiliser des jeunes femmes et attirer les victimes dans un guet-apens.

Ilan était issu d’une famille juive modeste. Le gang pensait qu’il était riche et que sa famille paierait la somme exorbitante ( plus de 400 000 euros ) qu’il demandait pour sa libération.

Le chef Youssouf Fofana personnage d’une cruauté extrême a été interpellé par la police ivoirienne dans la nuit du 22 au 26 février 2006 à Abidjan où il s’était réfugié. Malgré le soutien de plusieurs avocats, Fofana ne parviendra pas à faire stopper son extradition vers la France.

Le 02 mars 2006, la justice ivoirienne autorise son extradition vers la France où il est le principal suspect dans l’assassinat d’Ilan Halimi.

Le 05 mars 2006, après un voyage de quelques heures, il posera les pieds sur le sol français où il devra répondre de ces actes.

Parallèlement, les juges d’instructions ont retenu la circonstance aggravante antisémitisme. Le procès comme la loi le prévoit, s’est déroulé à huit clos en raison de la présence de mineurs sur le boxe des accusés.

Le 10 juillet 2009: la condamnation tombe. Youssouf Fofana  est condamné par la cour d’Assises à une peine maximale à savoir une peine à perpétuité avec 22 ans de sûreté.

Pour les 26 autres personnes accusées, les sentences iront de l’acquittement à 18 années de réclusion.

  • Les complices ( deux ) les plus actifs de Youssouf  Fofona seront condamnés à 15 et 18 années de réclusion.
  • La jeune fille mineure qui a piégé Ilan sera condamnée à 9 années de prison.

Des peines inacceptables

Après le verdict des peines énoncées pour tous les protagonistes liés au meurtre d’Ilan, la famille se dit sous le choc devant la légèreté de certaines peines.

 

Laisser votre réponse

Ajouter votre comment ci dessous, ou laisser un trackback depuis votre site. Vous pouvez aussi vous inscrire aux commentaires grace a notre flux RSS.

Restez courtois, en rapport avec l'article, pas de spam !

Vous pouvez utiliser ces balises html :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>