Accueil » Arts et Culture

Philosophie et linguistique – Michel Magnen

3 octobre 2010 Pas de commentaire

Je suis professeur de philosophie et m’intéresse à l’interprétation des textes d’imagination, oraux ou écrits, traditionnels ou littéraires. Souhaitant partager mes résultats avec le plus grand nombre, je vous présente ici ma perspective. Il s’agit d’une méthode de calcul destinée à évaluer la vraisemblance des interprétations. J’imite le calcul des probabilités, mais très empiriquement.

Au lieu de calculer le rapport entre la présence de l’événement visé et la totalité des événements possibles, je cherche l’inverse de la masse des empêchements qui se présentent contre la possibilité d’une interprétation. Ainsi j’ai une vraisemblance de la valeur de cette interprétation. Je suppose que le frein le plus général à la justesse d’une interprétation est la distance dans le texte entre les mots qui sont unis par cette interprétation. Cela vient de ce que les textes d’imagination ne donnent pas beaucoup de rappels logiques de ce qui a été déjà dit, et qu’en l’absence de tels rappels, la mémoire des mots très antérieurs manque quand on aborde un mot nouveau. Donc on a peu de chance, si on ne se souvient pas avec une extrême acuité du premier mot, de le relier au second.

Vous pourrez retrouver l’ensemble de la démarche sur le site http://www.verisimilis.com.

Laisser votre réponse

Ajouter votre comment ci dessous, ou laisser un trackback depuis votre site. Vous pouvez aussi vous inscrire aux commentaires grace a notre flux RSS.

Restez courtois, en rapport avec l'article, pas de spam !

Vous pouvez utiliser ces balises html :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>